FaceBook  Twitter

LabEsanteSanté mobile et connectée : usages et attentes des malades chroniques - Les résultats de l'enquête du Lab e-santé 


L'enquête a été réalisée par questionnaire auto-administré sur le web du 20 février au 20 mars 2015 sur 2226 personnes dont 73 % de femmes résidant en France, âgées de plus e 18 ans et atteintes de maladies chroniques
Elle 
montre les usages, attitudes et attentes des malades chroniques sur les mApps et les objets connectés

L'enquête a été promue par les membres du Lab e-santé, Doctissimo et les associations de patients  : AVS France, AFD 75, ANDAR, Fédération Française des Diabétiques, LMC France, Renaloo et Vivre Sans Thyroïde.

Les résultats de l’enquête conçue par le Lab e-Santé promue sur Doctissimo et des associations de patients montrent que
- 71 % des malades chroniques ont un smartphone ou une tablette,
- 21,5 % ont déjà téléchargé une application mobile en santé (mApp) mais ce taux passe à 42,3 % chez les diabétiques.

Au top 5 des mApps téléchargées figurent, par ordre de fréquence :

1. Les applications type carnet de suivi.
2. Les applications d’informations sur la maladie (nettement plus souvent téléchargées par les diabétiques).
3. Les applications sur les actualités liées à la maladie.
4. Les mApps liées à des objets connectés (là encore, plus souvent par des patients diabétiques).
5. Les bases de données sur les médicaments.

40% malades chroniques ayant téléchargé une mApp en ont parlé avec leur médecin et 50 % pour les diabétiques ont montré les mesures recueillies lors d’une consultation ou en ont déjà parlé à un autre malade.

70 % ont un sentiment de confiance dans la mApp qu’ils ont téléchargé.

Les objets connectés
Un malade chronique sur 10 possède un objet connecté de santé et là encore, le double chez les diabétiques, soit 2 malades sur 10
Les objets connectés les plus souvent acquis par les malades chroniques sont, par ordre décroissant, un glucomètre connecté (29,2 %), un tracker d’activité (27,3 %), une balance connectée (13,6 %), un auto-tensiomètre (13,6 %), un stylo injecteur ou une pompe à insuline (10,6 %), un autre dispositif (5,7 %). Dans 1 cas sur 2, les données recueillies sont partagées avec son médecin.

Pour le Dr Didier Mennecier, membre du collège des professionnels de santé du Lab e-Santé, toutes ces données signifient "que désormais, il est nécessaire de construire une relation de confiance entre 3 intervenants : le patient, le médecin et l’application/objet connecté. Et le conseil du médecin semble un facteur très important pour aider les patients à choisir une application adaptée, simple d’utilisation et surtout utile pour la santé".
Consulter la présentation des résultats de l'enquête sur Doctissimo
Consulter l'article de présentation des résultats de l'enquête sur Medecin Geek le blog du Dr Didier Mennecier Membre du Lab E-Santé