FaceBook  Twitter

teleexpertiseFormationMedicale Telle que définie dans le décret du 19 octobre 2010, la téléexpertise a pour objet de permettre à un professionnel médical de solliciter l’avis d’un ou de plusieurs professionnels médicaux en raison de leurs formations ou de leurs compétences particulières, sur la base des informations médicales nécessaires à la prise en charge d’un patient.

 

"La télémédecine peut jouer un rôle d'accompagnant pour les médecins en début d'installation.

En offrant la possibilité aux jeunes médecins d'utiliser librement la téléexpertise avec des médecins généralistes plus expérimentés, avec les médecins spécialistes qui suivent leur patientèle ou avec les médecins hospitaliers pour assurer la continuité des soins après une hospitalisation, le jeune médecin généraliste peut être conforté dans son nouvel exercice professionnel, notamment lorsque celui-ci est isolé."

 ..."Ils poursuivent ainsi une formation clinique "de terrain" ou "praticienne" qui conforte leurs connaissances et qui les fait progresser en expérience, notamment dans les spécialités médicales qu'ils n'ont pas apprises au cours de leurs stages cliniques."

ALORS POURQUOI NE PAS LIBERALISER LA PRATIQUE DE LA TELEEXPERTISE ET LA REMUNERER AU FORFAIT ?

Existe-t-il réellement un risque de dérive ou de dérapage financier si la pratique de la téléexpertise est libéralisée ?

Lire l'article de Pierre Simon sur le site telemedaction.org en cliquant ici

Enregistrer

Dans cet entretien réalisé au cours du 10e Congrès Européen de la Société Française de Télémédecine, Me Lina WILLIATE, Professeur des Universités Catholiques Faculté de droit Avocat Cabinet WT et vice-présidente SFT, clarifie